centre de reflexo - Blog
 La santé à vos pieds! - Avec Gérard et Liliane
Source: Alexandre Auffret. Kinésithérapeute et ostéopathe
Pour vous aider à naviguer au sein de l’article, voici le sommaire des points abordés :
Je vous résume les bons réflexes à avoir pour soulager la douleur soit avec du chaud, soit avec du froid :

♦ La zone douloureuse n’est pas gonflée, il n’ y a pas eu de choc ou d’accident. Le muscle est dur, alors je mets du chaud !
Je vous conseille d’investir dans une bouillotte ou une poche de gel (qui souvent fait chaud ou froid). N’oubliez pas de placer un linge entre la peau et le sac chaud !
Pour en savoir plus, lisez mon article complet « Quand mettre du chaud ou du froid ? ».
Les anti douleurs naturels puissants
Voici les différentes solutions naturelles les plus efficaces et les plus simples à utiliser pour vous.

Les infusions de valériane ou d’écorce de saule avec l’ajout de morceaux de gingembre frais sont extrêmement efficaces. Pour cela, faites infuser le tout dans de l’eau bouillante et buvez 3 à 5 tasses par jours, réparties sur l’ensemble de votre journée. Cela procure un effet anti-douleur puissant mais aussi anti-inflammatoire, ce qui devrait fortement vous aider. De nombreuses douleurs sont la résultante d’une inflammation !

La curcumine est le composé bioactif du curcuma qui confère à la plante ses propriétés curatives. C’est l’un des anti-inflammatoires le plus sûr que vous puissiez prendre et un analgésique naturel efficace même en cas de douleur intense. C’est aussi un excellent décontractant musculaire naturel.
Par conséquent, si vous souhaitez acheter un complément alimentaire, assurez-vous d’acheter de la curcumine et non de la racine de curcuma.
Le tube digestif n’absorbant pas facilement la curcumine, combinez-la avec de l’huile, car la curcumine est liposoluble. Il a également été démontré que l’extrait de poivre noir (pipérine) augmentait la biodisponibilité de la curcumine (2).

En plus, ajoutez un peu de piment, faites attention à choisir un piment doux si vous n’avez pas l’habitude de manger épicé. Le piment contient de la capsaïcine, une molécule anti-douleur par excellence. 

Les huiles essentielles
Il existe de nombreuses huiles essentielles efficaces contre la douleur. Les huiles essentielles de lavande, d’eucalyptus, de romarin et de menthe poivrée sont de puissants anti douleurs naturels.
L’utilisation de l’aromathérapie peut déclencher des effets secondaires. N’étant pas suffisamment formé dans le domaine, je vous oriente donc vers cet article « Gestion de la douleur avec les huiles essentielles », écrit par Aude Maillard sur le site AMSOAM.

La marche et le mouvement
Si vous n’avez pas de contre-indications de la part de votre médecin, pas de fractures ou de douleurs atroces, alors marchez ! 5, 10 ou 15 minutes, c’est suffisant pour bénéficier de l’effet anti-douleur naturel.
Ce n’est pas le premier réflexe que nous avons lorsque nous souffrons. Nous pensons, à tort, que la douleur s’associe au repos et à l’immobilité. Et bien non ! La marche libère tout un tas de substances utiles à votre corps pour réparer les tissus, pour sécréter les substances anti-douleurs naturelles que l’organisme sécrète lui-même. 

Relaxation, Yoga et Méditation
Trop souvent laissées de côté, ces disciplines sont très efficaces contre la douleur. Il ne faut pas oublier que la douleur peut être comparée à une émotion qui n’existe que dans notre cerveau.
Cela ne signifie pas qu’elle n’est pas réelle, bien au contraire. Mais tout comme la joie ou la tristesse, en travaillant sur notre esprit nous pouvons changer la perception de la douleur et se soulager fortement.
Je vous conseille donc de vous orienter vers les pratiques de relaxation, de yoga ou de méditation qui agissent à la fois sur le corps et l’esprit. Pour cela, consultez mon article « Exercice respiratoire : 5 minutes pour se Soulager » ou mon dossier complet sur le Stress.
En plus de soulager la douleur, le travail sur l’hygiène de vie permet de se soigner, donc de s’attaquer aux causes de votre douleur. Ceci s’avère donc le choix le plus intelligent et efficace. Pour cela, utilisez mon programme gratuit suivant qui va vous donner des outils précieux pour agir :

• Les médicaments masquent la douleur certes mais en contre partie votre organisme perd de l’énergie pour les éliminer et lutter contre leurs effets secondaires. Ainsi, il est moins efficace pour combattre la cause de votre douleur, le « pourquoi vous avez mal ».
• Cela perturbe fortement l’équilibre de votre flore intestinale et désormais nous savons que cela conditionne l’ensemble de notre santé, du stress, à la perte de poids en passant par la prévention des maladies.

• C’est mieux pour la planète.Les résidus des médicaments restent dans la nature car une fois que nous les éliminons, ils finissent dans nos toilettes puis dans les eaux usées. Une fois dans la nature, ils circulent dans les sols, les cours d’eau et finissent par « intoxiquer » notre alimentation… La boucle est bouclée !

A quelle type de douleur s’adresse cet article ?

Premièrement, cet article n’a pas pour but de remplacer une consultation médicale. Il n’a pas non plus pour but de vous faire arrêter votre traitement en cours. Suivez les recommandations de votre médecin. Mais si vous souffrez d’une douleur bénigne sans risque immédiat pour votre santé, alors le réflexe anti-douleur naturel vous sera d’un grand secours.

Maux de tête, douleurs musculaires, tendinites, mal au ventre, douleur articulaires, règles douloureuses, mal de dos… bref les douleurs du quotidien pour beaucoup de personnes.
A l’inverse si votre douleur est très intense, qu’elle vous empêche de vous lever et de vous déplacer totalement, alors consultez immédiatement. Il en est de même si en plus de souffrir vous avez de la fièvre ou des vomissements.
Les effets secondaires des médicaments anti-douleur et anti-inflammatoire.

Prendre un médicament n’est pas un geste anodin et il est souvent accompagné d’effets secondaires. Ces effets secondaires néfastes viennent, le plus souvent, perturberle bon fonctionnement de notre organisme qui ne peut plus se soigner normalement. Il ne faut pas oublier que c’est le corps lui même qui se répare. Il faut simplement le mettre dans les meilleurs conditions possibles pour cela.

Si nous prenons l’exemple de l’inflammation, la masquer en prenant un médicament anti-inflammatoire n’est pas la solution la plus logique pour se soigner, bien au contraire. Lisez mon article « Médicament-anti-inflammatoire, un mauvais réflexe santé » pour tout comprendre.

Un certain nombres d’effets secondaires accompagnent la prise de médicaments analgésiques.  Les effets secondaires les plus bénins comprennent les nausées, les vomissements, la prise de poids, la diarrhée, les douleurs abdominales, les spasmes musculaires…

Tout cela montre qu’ils viennent perturber le fonctionnement normal de l’organisme. Quand on sait qu’une grande partie de notre système immunitaire est présent dans notre système digestif, il est facile de comprendre que ces médicaments n’aident pas à se soigner. Ils masquent juste un problème qui se doit d’être traité en profondeur, c’est à dire en identifiant les causes.

Mais un des effets secondaires les plus problématiques reste l’effet addictif des médicaments anti-douleurs. Principalement en ce qui concerne les opiacés. Si vous prenez ce genre de médicaments depuis longtemps et que vous ne pouvez pas vous en passer, cela montre un signe d’addiction. Il faut donc en parler à votre médecin. Vous pouvez aussi lire l’article suivant « Médicaments anti-douleur : overdose sur ordonnance ».

Conclusion

La prise de médicaments anti douleurs n’est pas sans risque, c’est pourquoi il est préférable de s’orienter vers les anti douleurs naturels. Ils vous permettront de vous soigner naturellement sans pour autant perturber le bon fonctionnement de votre organisme, donc votre santé.

Cet article a été rédigé par Alexandre Auffret, kinésithérapeute, ostéopathe et éducateur santé. Pour en savoir plus sur moi, consultez la page à propos : 

Vos commentaires a propos de cet article.
Ressources utilisées :
(1) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5003001/
(2) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9619120
https://www.ncbi.nlm.ni