centre de reflexo - Brûlures d' estomac?
 La santé à vos pieds! - Avec Gérard et Liliane

Cher(e) ami(e) de la Santé,
J’ai des informations capitales à partager avec vous.
Elles concernent des millions de personnes. Ça fait bizarre d’écrire ça… mais c’est vraiment une question de vie ou de mort.
Ce scandale va sauter à la figure de tout le monde dans quelques mois.
Mais aujourd’hui, personne n’en parle encore (je vais vous expliquer dans un instant pourquoi).
Il s’agit des remontées acides, des brûlures, des aigreurs et de tous les problèmes d’estomac : gastrite, ulcère, reflux gastro-oesophagien, hernie hiatale, etc.
Pour en avoir souffert moi aussi, je sais à quel point c’est handicapant.
Heureusement, il existe des remèdes naturels simples, efficaces et sans danger pour s’en débarrasser définitivement.
Le problème, c’est que l’industrie pharmaceutique a « révolutionné » les traitements dans les années 1990, avec une nouvelle « pilule miracle ».
Ce sont les fameux anti-acides ou anti-ulcéreux.
Ils sont très appréciés car ils soulagent presque immédiatement la douleur, « comme par magie ». Leur apparition a été une bonne chose, car ils peuvent être utiles dans des cas précis, sur courte période – quelques semaines maximum.
 

IPP : toutes les études prédisent une « catastrophe sanitaire » sans précédent

Mais quand ils sont pris pendant des mois, voire des années comme c’est souvent le cas, on se retrouve avec une vraie catastrophe sanitaire.
Il y a eu le Mediator, le Distilbène, le Vioxx, la Dépakine, et quelques années avant le scandale du « sang contaminé », ou des hormones de croissance.
Dans quelques mois seulement, vous entendrez parler des anti-acides et des anti-ulcéreux.
La marque la plus connue est Inexium.
Mais il en existe d’autres : Nexium (esoméprazole), Lanzor, Ogast, Ogastoro (lanzoprazole) ainsi que Mopral et Zoltum (omeprazole).
Les laboratoires pharmaceutiques appellent ça des « inhibiteurs de la pompe à protons » : des IPP.
Le nom est un peu barbare, mais leur fonctionnement est très simple : ces médicaments réduisent drastiquement l’acidité de l’estomac, en interférant avec la protéine responsable de cette acidité (la « pompe à protons »).
Cela paraît « bénin », dit comme cela. En réalité, réduire durablement l’acidité de votre estomac est une très mauvaise idée !!!
Voici les principaux effets désastreux que l’on a découverts tout récemment :

Les IPP augmentent d’au moins 44 % le risque d’Alzheimer et de démence.

On le sait grâce à l’étude de chercheurs allemands qui ont suivi 73 000 personnes de plus de 75 ans pendant 7 ans. Ils ont constaté que ceux qui avaient pris des IPP pendant plus de 4 mois avaient un risque de démence augmenté de 44% !
Ces résultats effarants ont été publiés dans le prestigieux Journal of the American Medical Association (JAMA) en février 2016.

Les IPP augmentent le risque d’infarctus de 20 %.

Les chercheurs de l’Université de Stanford ont épluché les dossiers cliniques de 2,9 millions de patients, et les résultats font froid dans le dos : à tout âge, les IPP augmentent de 16 à 21 % le risque de crise cardiaque.
La même étude a montré qu’ils augmentent aussi de 122 % le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire.

Les IPP augmentent le risque de maladie grave des reins de 20 à 50 %

Cette fois, ce sont plus de 10 000 personnes qui ont été suivies pendant 15 ans. Elles n’avaient au départ aucun problème particulier aux reins. Mais à l’arrivée, celles qui prenaient des IPP avaient été davantage touchées par une maladie grave des reins.
Je m’arrêterais bien là… mais chaque mois, les chercheurs enfoncent le clou.
 

Ces scientifiques anglais prévoient maintenant des MILLIERS de morts

Cette fois, c’est l’alerte générale : une étude tout juste publiée dans le British Medical Journal apporte la PREUVE que les IPP sont bien en train de causer des MILLIERS DE MORTS[1] !
Accrochez-vous bien, car les chiffres sont choquants.
Ceux qui prennent des IPP ont 25 % de risque de mourir en plus comparé à ceux qui prennent les anti-acides d’une catégorie plus ancienne (anti-H2) !
Si vous avez le malheur d’en prendre plus de 2 ans, votre risque de surmortalité monte à 50 % !
Au total, d’après les chercheurs, sur 500 personnes qui prennent des IPP chaque année, 1 mort est directement causée par ce médicament !
Une mort sur 500, chaque année !!
« Étant donné que des millions de personnes prennent ce médicament, cela pourrait se traduire par des milliers de morts en excès chaque année », a déclaré l’auteur principal de l’étude[2].
Appliqué au cas Français, cela veut dire 10 000 morts chaque année à cause des IPP !
Et depuis l’année 2000, il faut compter au moins 100 000 morts… soit 50 fois plus que le Mediator !
Et pourtant, comme pour le Mediator au tout début, personne ne vous en parle – à part bien sûr les grands journaux médicaux et quelques sites américains bien informés.
Comment est-ce possible ?
La raison est terrifiante, mais « basique », hélas.
 

Les grands labos « vivent » de vos douleurs d’estomac

Figurez-vous que rien qu’en France, on avale chaque année pour 465 millions d’euros de médicaments anti-acides, et je ne parle pas des autres classes de médicaments contre l’estomac, les anti-ulcéreux (IPP) et les anti-H2.
Il suffit de regarder cette courbe qui donne le tournis :
Augmentation des ventes de médicaments pour l'estomac
C’est un des plus gros marchés des laboratoires pharmaceutiques, qui vendent des millions de boîtes, sans ordonnances.
Parce que la plupart des personnes après 50 ans ont des problèmes d’estomac et que ces médicaments remplissent malgré tout « leur mission » : ils soulagent et apaisent ces douleurs, même s’ils ne règlent jamais rien.
 

C’est le « jackpot » de l’industrie pharma : SILENCE absolu sur les risques et les alternatives

Comme l’industrie du tabac… c’est un marché où les gens sont terriblement fidèles, car lorsque votre estomac s’est habitué à ces médicaments qui assurent la digestion en douceur, il devient TRÈS DIFFICILE de s’en passer.
Pas étonnant que dans le top 20 des médicaments les plus vendus en pharmacie en France, on retrouve 3 médicaments anti-ulcéreux : en tout, c’est 40 millions de boites vendues par an !
Le Top 20 des ventes en pharmacie

Et je ne parle pas du marché américain, russe, ou brésilien. Ces médicaments, c’est le « jackpot » de l’industrie pharmaceutique.
Vous avez compris pourquoi personne n’a intérêt à révéler ce scandale.
C’est vrai que ces industries « arrosent » des milliers et des milliers de personnes – scientifiques, médecins, hommes politiques, journalistes, etc.
S’il ne s’agissait pas de médicaments dangereux, ce ne serait qu’un problème économique et politique, le fameux « trou de la Sécu ».
Mais, là c’est bien plus grave.
 

Michelle : « J’étais devenue accroc »

Je reçois chaque semaine des dizaines de messages de lecteurs qui se battent contre leurs douleurs et qui sont prisonniers de ces médicaments :
Au début cela a été difficile car j’étais devenue accroc mais maintenant au bout de 6 mois j’ai maigri de 7 kg (avant j’étais ballonnée et n’arrivais pas à maigrir) et je me sens beaucoup mieux ;je prends encore quelquefois du gaviscon mais de plus en plus rarement (Michelle)
Je souffre d’une gastrite depuis qques années et je n’ai pas échappé aux IPP. Mon médecin m’a « rassurée » en me disant que le traitement pouvait causer des problèmes au-delà de 7 comprimés par jour (j’en prenais 2). (Frédérique)
J’ai 64 ans, une gastrite. J’ai rencontré une gastro pour trouver une solution. Changer ma nourriture a été son premier conseil et des probiotiques. Je ne fais confiance qu’aux toubibs qui préfèrent le naturel aux médoc. Ca fait quelques jours et je me sens déjà mieux. (Jago78)
On m’a détecté 3 ulcères dans l’œsophage, une hernie hiatale avec une œsophagite et un début d’ulcère au duodénum. J’ai suivi un traitement au « Inexium 40 » pendant 5 semaines. Fin octobre 2013 au contrôle, tout est normal, il reste la hernie hiatale. Le médecin me dit que je devrais prendre du Inexium toute ma vie ….
Sauf que début octobre ne prenant plus de Inexium, les douleurs vives sont revenues la nuit. (John)
Tous ces témoignages devraient ouvrir les yeux des médecins, des pharmaciens, des autorités de santé et du Gouvernement... mais non.
 

Pourquoi il est urgent de briser le silence

Toutes les preuves sont là, et personne n’en parle !
C’est pourquoi j’ai décidé de vous adresser ce mail.
Je risque de gros ennuis mais l’enjeu est trop important.
Il me fallait mettre à votre disposition en urgence les remèdes alternatifs efficaces et sans le moindre effet secondaire.
J’ai moi-même passé des journées entières à me documenter sur cette question, et à éplucher toutes les études scientifiques françaises…américaines… anglaises.
Mais pour vous fournir la meilleure information – agréable à lire, simple, et facile à mettre en pratique - j’ai fait appel à un spécialiste de la santé naturelle.
Ce spécialiste, c’est le Dr Thierry Schmitz.
Pour vous, il a réalisé un travail colossal sur les douleurs d’estomac qui sera publié en exclusivité dans le prochain numéro de la revue Santé Corps Esprit.
Croyez-moi, il sait de quoi il parle ! Il a vu des centaines et des centaines de patients avec ces problèmes d’estomac.
 

Le « cocktail » qui sauve votre estomac

Il connait des médicaments chimiques – et comme ce n’est pas quelqu’un de sectaire, il sait dans quels cas précis ces pilules doivent être prescrites, malgré leur défaut.
Mais surtout il a expérimenté avec succès la plupart des remèdes alternatifs avec ses patients.
Et sur le podium on retrouve 3 plantes aux effets remarquables :

L’achillée : Votre alliée n°1 pour apaiser les troubles digestifs et soulager les spasmes. Méconnue en occident, elle est pourtant utilisée pour soigner aux 4 coins du monde.


La 2ème arme de la phytothérapie est très connue pour apporter du goût à vos plats, mais beaucoup moins pour ses pouvoirs thérapeutiques. Pourtant, elle agit comme une petite fée dans votre estomac en vous débarrassant de toutes les mauvaises bactéries. Adieu les ballonnements et les digestions difficiles !


Enfin, en ajoutant à ce cocktail l’ingrédient « roi », vedette de la cuisine méditerranéenne, finies les allergies ou intolérances alimentaires.

Le Dr Thierry Schmitz vous donne dans ce dossier la posologie précise et les quelques contre-indications.
Je vous assure que ce cocktail vous rendra de grands services.
Mais cela ne suffit pas toujours...
 

La pharmacie naturelle du Dr Schmitz pour un estomac en pleine santé

Heureusement, il existe une substance merveilleuse pour l’estomac, et totalement inoffensive.
Je suis embêté, car je ne peux pas vous révéler ici le contenu du dossier du Dr Thierry Schmitz, ce ne serait pas professionnel.
Mais sachez juste que cette substance est extraite d’une plante très populaire en Corse et en Sardaigne, et qu’il est très facile de s’en procurer pour quelques euros.
Une étude publiée dans de prestigieuses revues occidentales a d’ailleurs démontré son efficacité incontestable pour réduire les symptômes du RGO (avec de meilleurs résultats que les IPP, et SANS les effets secondaires).
Si vous avez encore des aigreurs, des brulures ou du RGO, essayez au plus vite !
Mais ce n’est pas tout.
Dans le prochain numéro de Santé Corps Esprit, le Dr Schmitz liste toutes les autres solutions de dame Nature.

La racine amère et douce que les médecins chinois adorent : les études ont démontré qu’elle augmentait la sécrétion du mucus gastrique et qu’elle agit comme un véritable antiulcéreux gastrique. Elle empêche aussi l’adhésion d’Helicobacter pylori à la paroi gastrique ;


Un extrait naturel, star de la phytothérapie, qui se trouve être aussi le pire cauchemar des randonneurs en été. Repoussante en apparence, elle s’avère très efficace pour réduire rapidement l’intensité du reflux acide, des douleurs gastriques et des crampes. La preuve qu’il ne faut vraiment pas se fier aux apparences!!! ;


La mélisse que vous connaissez sans doute pour ces bienfaits avérés sur le cerveau est à la fois anti-inflammatoire, digestive et calmante. A consommer en infusion avec des feuilles fraîchement coupées ou en extrait liquide.


L’huile essentielle de Mentha x piperita est aussi un remède efficace pour lutter contre les maux d’estomac après chaque repas. Versez-en 1 goute dans une cuillère de miel à la fin du repas. Vous verrez, vous n’aurez plus de mal à digérer un repas un peu trop copieux.